Covid-19 : Madame Vidal, il est encore temps pour un plan étudiant !

ParJeunes Radicaux

Covid-19 : Madame Vidal, il est encore temps pour un plan étudiant !

Depuis maintenant plusieurs mois, la situation des étudiants n’a cessé de se dégrader, aussi bien moralement que financièrement. Alors que Santé publique France estime qu’un tiers des 18-25 ans souffrent de dépression et que les suicides et leurs tentatives ont marqué plusieurs universités, les demi-mesures annoncées la semaine dernière par Frédérique Vidal ne sont pas à la hauteur des attentes.

La détresse psychologique des étudiants doit enfin être prise en compte au travers d’une mesure urgente : permettre un accès gratuit aux psychologues sur simple présentation de la carte étudiante. Seul ce moyen peut permettre de répondre au plus vite au besoin d’écoute de nombreux jeunes, contrairement aux prévisions de recrutement de nouveaux psychologues en université annoncés par la ministre de l’Enseignement supérieur.

Ce soutien psychologique doit de plus être accompagné par la réorganisation des classes de travaux dirigés en présentiel en petit groupe pour l’ensemble des étudiants et pas uniquement pour les premières années.

Mais cette détresse des étudiants est également sociale : les emplois étudiants permettant à un grand nombre d’entre eux de subvenir à leurs besoins se sont raréfiés et un nombre croissant de jeunes se tournent désormais vers les épiceries solidaires pour s’alimenter.

Face à cette précarité de plus en plus violente, les pouvoirs publics doivent prendre leurs responsabilités en généralisant les tickets-repas à un euro pour l’ensemble des étudiants et en leur remboursant au moins en partie les frais de connexion internet puisqu’il s’agit désormais d’un outil de travail indispensable. Ces mesures aideront à combattre cette précarité à défaut d’un RSA ouvert aux jeunes, proposition malheureusement balayée d’un revers de la main par un ministre de l’Economie ayant pourtant lui-même bénéficié d’études rémunérées lors de sa scolarité.

Enfin, pour soutenir les étudiants dans cette période difficile, les enseignements eux-mêmes doivent être adaptés. Il apparaît ainsi inconcevable que des étudiants cas contact ou positifs à la Covid-19 et ayant de ce fait été absents à des examens se voient pénalisés dans leurs résultats. Une politique de non-préjudice face à la situation sanitaire doit être adaptée concernant ce dernier point et doit également se traduire par la réouverture systématique des bibliothèques universitaires, le financement pour les étudiants et enseignants des abonnements à des logiciels de visioconférence et la refonte du calendrier universitaire ainsi que de la durée des contrats doctoraux en cours.

Cette politique doit enfin s’assurer que les étudiants subissent le moins possible les préjudices de la crise sanitaire causés par l’enseignement distanciel en ce qui concerne la validation de l’année et l’obtention des diplômes. Nous devons tout faire pour que la Covid-19 ne mette pas en danger la poursuite de leurs études.

Plus le Gouvernement prendra du temps avant de réellement agir, plus les conséquences de cette détresse étudiante seront marquées. Il est encore temps pour un plan étudiant.

À propos de l’auteur

Jeunes Radicaux administrator

Laisser un commentaire