Loi « sécurité globale » : des risques considérables pour nos libertés

ParJeunes Radicaux

Loi « sécurité globale » : des risques considérables pour nos libertés

Comme le Conseil de droits de l’homme de l’ONU, les Jeunes Radicaux s’inquiètent des nombreuses dispositions de ce texte qui fragilisent le droit à la vie privée en multipliant les moyens de captation d’images, sans l’encadrement nécessaire à la protection de ces données pouvant revêtir un caractère personnel.

Nous nous inquiétons aussi du danger que représente l’article 24 sur la liberté d’information : l’État et les forces de l’ordre doivent faire preuve de transparence, et les citoyens doivent être en capacité de dénoncer les dérives qui existent. L’obligation du floutage n’est en cela pas une solution pérenne.

Les Jeunes Radicaux s’opposent aussi fortement aux stigmatisations et discriminations de l’article 10. Il n’est ni tolérable de lier insécurité et immigration, ni acceptable d’exclure de ces emplois de la sécurité privée des populations maîtrisant mal la français ou n’ayant pas de carte de séjour depuis plus de 5 ans, populations souvent déjà précaires et dont l’accès au monde du travail peut être difficile.

Enfin, comme la Défenseure des droits Claire Hédon, nous sommes également vivement préoccupés par les risques d’atteintes aux principes constitutionnels d’égalité devant la loi, de nécessité, de proportionnalité et d’individualisation des peines contenus dans cette proposition. Les Jeunes Radicaux rappellent leur attachement à ces principes, à la liberté des juges ainsi qu’à la possibilité de réduction des peines.

La réponse au sentiment d’insécurité grandissant ne peut pas passer que par des lois supplémentaires, et ne doit pas se traduire par une atteinte à nos libertés fondamentales. Nombreux sont les dispositifs existants déjà et il faut les faire davantage respecter en renforçant leurs moyens humains et financiers.

À propos de l’auteur

Jeunes Radicaux administrator

Laisser un commentaire